-
LES BASES DE LA REPRODUCTION
 
Attention la reproduction n'est pas à prendre a la légère !
 
 
 
Avant de prendre la décision, il faut s’assurer que l’on a les connaissances suffisantes pour ne pas mettre en danger son animal et il faut également être sûr que son chinchilla correspond aux critères de reproduction.

Il y a des conditions à respecter afin de ne pas mettre en danger et respecter l’espèce. La reproduction du chinchilla est longue, complexe et n’est pas sans danger. Il est très fréquent que des problèmes surviennent .

Afin de préserver l’espèce et de respecter les animaux et les éleveurs qui travaillent à l’obtention d’une meilleure qualité de l’animal, il est déconseillé aux particuliers de se lancer dans la reproduction. En effet, la plupart du temps les règles et principes de la reproduction ne sont la plupart du temps pas respectés (reproduction sauvage et excessive mettant en péril les animaux et dégénérant la race) et l’on voit de plus en plus apparaître problèmes génétiques, consanguinité importante, maladies héréditaires, troubles comportementaux graves, animaux fragiles et disgracieux.

Oui un avoir un bébé chinchilla est très mignon et remplis les gens de bonheur, mais il ne faut pas oublier avant tout qu’il s’agit d’êtres vivants que nous avons le devoir de préserver et respecter, pour la survie de leur espèce. Il faut savoir que vie en couple et bien-être ne sont pas forcément synonymes. Sachez également qu’un chinchilla qui vit seul n’est pas malheureux. De plus, les chinchillas qui vivent en couple (de même sexe ou de sexes différents) sont bien plus distants avec l’homme et auront un caractère plus indépendant. Les animaux vivent ainsi leur vie sans se soucier de l’extérieur et n’éprouvent pas lebesoin de contact. En revanche, un animal qui vit seul va attendre avec impatience le retour de son maître, car il a besoin de l’entendre et apprécie ses attentions et ses caresses.
 
Radio d'une femelle gestante :


1. Informations de base La maturité sexuelle des animaux intervient vers 4 mois pour la femelle et 6 mois pour la mâle mais c'est extrêmement dangereux si la femelle entame une gestation avant l’âge de 1 an et un poids minimum de 500g à 550g ! Son organisme ne pourrait pas le supporter.

Le cycle d’ovulation du chinchilla est de 28 jours. La gestation dure 111 jours.

Parfois, on retrouve un bouchon de saillie (stoppeur) qui permet de définir la date d’accouchement. La femelle entamme une prise de pois (entre 20 et 30g par semaine) à partir de la 7ème semaine.

La femelle a entre 1 et 4 bébés. La moyenne reste cependant de 1 à 2 petits par portée (ce qui est bien suffisant pour la mère).

On estime le taux de mortalité des nouveaux nés à environ 10 %, sans parler des autres problèmes qui peuvent survenir.

Il ne faut pas qu’une femelle ait plus d’une portée par an donc il faut séparer le mâle pendant plusieurs semaines minimum (et 10 jours avant la mise bas). Des portées nombreuse et successives développent une tendance à mettre au monde des petits chétifs, en mauvaise santé, et présentant diverses carences.

Afin d’éviter cela, les couples sont plus souvent séparés qu’ensemble et la séparation d’un couple constitué provoque un important stress et parfois un réel traumatisme et nécessite une réacclimatation pour les remettre ensemble.

Il vaut donc mieux avoir deux chinchillas de même sexe, qui s’entendront tout aussi bien qu’un couple. Il n’est pas rare qu’il existe chez les chinchillas (comme pour nous les humains) des risques réels d’incompatibilité d’humeur au sein des couples. Ce critère doit être réellement pris au sérieux car il se peut qu’une femelle se cache dans un coin de la cage et refuse tout bonnement de s’accoupler avec son compagnon. Dans ce cas là, de violentes bagarres éclatent et l’issu est très souvent fatale, conduisant à la mort de l’un des deux animaux. Il faut savoir qu’une lorsqu'un animal est affaibli, le dominant va s’acharner..et ce, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Manque d’informations, de connaissances et malheureusement parfois aucune volonté de respecter les animaux, cette pratique est néfaste pour les animaux nés de ces croisements (inadaptés, dangereux, excessifs, irréfléchis et irraisonnés…) Cela conduit indéniablement à l’affaiblissement des animaux et à terme à une dégradation et dégénérescenceimportante de la race. Si vous avez le moindre doute lors d'un achat d'une bête, le mot d'ordre est méfiance !

En somme, par ces pratiques douteuses et dangereuses, tout le travail des éleveurs est détérioré et non respecté... par un manque évident de respect de l’animal et de ses conditions de vie. Précautions, principes et règles de la reproduction, les problèmes de la reproduction du chinchilla sont multiples et variés. Soyez vigilents, poser des questions pour vous assurer des connaissances, du bon sens et du bien fondé des pratiques de votre interlocuteur lors d'un achat.

Bien que se soit une belle aventure, la reproduction nécessite une connaissance indispensable de l’animal, de ses caractéristique et spécificités, et il faut être sûr de pouvoir faire face à tous les nécessités matérielles et de problèmes de santé liés à la reproduction.
A noter qu’environ 90 % des problèmes graves sont liés à la reproduction : au moment des saillies, lors de gestations à problèmes, lors de mises bas difficiles, à cause des suites de la mise bas, épuisement de la mère, de la faiblesse des petits, etc. Les éleveurs sont des professionnels, il ne faut pas l’oublier et leur expérience et connaissance du chinchilla leur permet de faire face la plupart de ces difficultés, mais le particulier non initié, (le néophyte), lui, ne saura gérer ses situations parfois dramatiques et sera totalement désarmé au premier problème qui va se présenter. N’oubliez pas qui et si vous avez pu vous procurer un beau chinchilla, sain et en pleine santé, c’est grâce au travail sérieux des éleveurs qui ont sélectionné rigoureusement et pendant des générations tous les chinchillas présentant les meilleurs qualités reproductrices. C’est pourquoi il ne faut pas faire reproduire des animaux de compagnie non sélectionnés et ne répondant pas à des critères suffisants. C’est une évidence, tous les chinchillas ne sont pas aptes à reproduire et il faut bien l’entendre.

2. Les principes

RESPECT- respect de la période de quarantaine

- Respect du processus d’acclimatation, processus lent et qui doit être effectué de façon sérieuse

- Respect du principe de base de non consanguinité : il ne fat pas faire reproduire des animaux ayant un lien de parenté, la consanguinité est inacceptable et détruit l’espèce à petit feu

- Respect du nombre de portée par an : il ne faut pas plus d'une portée par an pour la femelle : le plus souvent les couples sont donc séparés

- Respect des impératifs dus à la génétique : certaines mutations ne DOIVENT ABSOLUEMNT PAS ETRE COUPLER car certaines présentent un gène létal (mortel à l’état homozygote : blancs et animaux ayant ou prtants le gène velvet)

- Disposer des connaissances et des moyens nécessaires pour assurer au maximum la qualité de vie et sécurité des animaux


3. Le choix des reproducteurs :


Tous les animaux ne sont pas aptes à reproduire... En aucun cas il ne faut faire reproduire des animaux de compagnie ! Les animaux doivent être sélectionnés avec soin pour leurs qualités de reproducteurs :

Les animaux doivent être sélectionnés avec soin pour leurs qualités de reproducteurs :

o avoir minimum 1 an afin de préserver la croissance de l’animal
o le poids doit dépasser 500 à 550g surtout pour la femelle pour ne pas mettre en danger sa vie!!!!!
o la morphologie doit être parfaite, elle doit être large et massive
o toutes petites oreilles rondes, museau arrondis et large
o les origines sur plusieurs générations doivent être connues pour écarter tout risque de maladie héréditaire, problème génétique, présence de gène létal (velvet dans la lignée)... qui sont fatales et dégénèrent l’espèce
o provenance d’élevage amateurs sérieux ou élevages professionnels
o avoir une qualité de fourrure impeccable (implantation, clarté, densité)
o croiser avec du standard très régulièrement(toutes les 2 générations)

o pas de dos vouté
o pas de fur-chewing ou autre souci de comportement ou d’agressivité
o pas de malocclusion, problèmes digestifs, respiratoires ou cardiaques de l’animal et surtout dans la lignée de cet animal (parents, frères et soeurs, grands-parents...)

o pas d'accouplement de chinchillas d’une même portée (frère et sœurs ensemble) ou ayant un lien de parenté (père/fille ou mère/fils). Des animaux d’une même famille ne peuvent s’accoupler pour des raisons évidentes de consanguinité, dégénérant par conséquent la race et provoquant des tares génétiques, malformation, petits gabarits, animaux fragiles. Le patrimoine génétique ayant des similitudes il ne faut absolument pas procéder à de tels actes. o ne pas mettre un mâle avec plusieurs femelles car cette technique (réalisées uniquement par des éleveurs professionnels par des moyens matériel et techniques adaptés) s’avère très dangereuse, conduisant bien souvent à des situations dramatiques.

o ne pas faire cohabite 2 mâles avec 1 ou plusieurs femelles dans la même caisse. Le rapport de force va se mettre en place (dominant/dominé) et l’un des animaux aura le dernier mot en tuant son congénère. Les chinchillas restent des animaux avec des instincts, une organisation sociale établie et une hiérarchie définie.

o ne pas multilier les croisements entre mutation. Il y a des risques : plus la bête possède des caractéristiques génétiques complexes et accumulée, plus on la rend fragile (et par conséquent la descendance). En effet, à force de faire des croisements, les chinchillas s’affaiblissent et il faut éviter l’apparition de problèmes, malformations ou tares génétiques. Il est indispensable de coupler les chinchillas (mutations) avec des chinchillas standard de très bonne qualité car le standard possède la patrimoine génétique le plus stable et le plus sûr. Afin de, ne pas dégénérer la race et de renforcer le patrimoine génétique des animaux et de garantir des animaux sains et conformes il est indispensable de d’introduire du standard dans les lignées, et ce toutes les 2 générations environ.

o pour ce qui est des saphir, white, violet, blue, angora ou autre mutations récessives, il ne faut pas les accoupler ensemble ! il est impératif de croiser les animaux par porteurs pour garantir la stabilité et qualité du patrimoine génétique de la lignée et par conséquent la santé et robustesse des animaux...
 
 


 
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint